Caloupilé

Caloupilé

Caloupilé : Murraya koenigii

Arbuste atteignant 2 à 3 mètres de hauteur, le caloupilé est originaire d’Asie tropicale où il pousse à l’état sauvage. Il fut probablement introduit dans les Mascareignes par les premiers engagés indiens. Comme le bananier, cette plante se multiplie essentiellement par rejet, c’est à dire que les jeunes plants sont issus des racines du plant mère. A La Réunion, le caloupilé est une plante acclimatée, cela signifie qu’il n’est pas propagé à l’état sauvage et qu’il est maintenu en culture. On en trouve dans de nombreux jardins, ce qui permet de se procurer facilement les feuilles souvent utilisées dans les plats de résistance (dit “carry” ou “cari”) et notamment le cabri massalé. Ce condiment, largement utilisé dans la cuisine indienne, est parfois appelé reine des épices. La feuille prisée par son arôme entre dans la confection de poudre de curry.

Usages traditionnels

En plus d’être un aromate, le caloupilé a aussi des vertus médicinales et est utilisé en tisane contre l’hypertension et parfois contre le diabète.

Propriétés vérifiées

Fortifiant gastrique Anti-vomitif Régulation du taux de sucre Hypotensif Antibactérien Antifongique

Recette

Faites bouillir 1 litre d’eau, coupez le feu, ajoutez quelques feuilles de caloupilé. Laissez infuser. Buvez à la soif.
Les vertus thérapeutiques exposées ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical

SOURCE

Aplamedom Réunion
Kinkeliba

Kinkeliba

Kinkeliba : Combretum micranthum

Devenue la boisson des colons et missionnaires d’Afrique elle reçut le nom de « tisane de longue vie ». Le kinkeliba prend la forme d’un arbrisseau touffu pouvant atteindre 4 ou 5 mètres, quelquefois réuni en buisson, dont l’extrémité des branches est volubile. Ses feuilles vert foncé, résistantes et à pétioles courts, ont une extrémité pointue. La plante développe de petites fleurs blanches légèrement rosâtres, donnant des fruits qui sont des akènes présentant des ailettes papyracées.

Usages traditionnels

Le kinkéliba est une plante utilisée en médecine traditionnelle pour ses propriétés cholagogues et diurétiques. Elle s’utilise en infusion contre la constipation, pour stimuler la fonction biliaire et favoriser l’excrétion biliaire. Elle est également efficace comme anti-inflammatoire et antibactérien et dans la protection des cellules hépatiques. Usages internes :
  • Traitement de la constipation
  • Traitement des calculs biliaires
  • Anti-inflammatoire et antibactérien
  • Troubles urinaires
  • Complément des régimes amaigrissants

Propriétés vérifiées

Action anti-inflammatoire et antimicrobienne sur certains germes. Effet cholagogue et diurétique. Stimulation du foie et de la bile.

Recette

Porter à ébullition environ 30 g de feuilles séchées dans 1 l d’eau, pendant une vingtaine de minutes. La décoction obtenue après filtration peut être bue à tout moment de la journée, mais de préférence le matin.

Précautions

Pas de contre-indication connue à ce jour
Les vertus thérapeutiques exposées ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical personnalisé

SOURCE

Doctissimo
Oignon

Oignon

L’oignon : Allium cepa (L.)

L’oignon est une espèce herbacée haute de 60 à 100 cm dont les feuilles de couleur verte sont allongées, cylindriques et creuses. Les fleurs petites, de couleur blanche ou verte, sont regroupées à l’extrémité de la tige florale. Cette plante possède un bulbe relativement gros, de forme sphérique, parfois plus ou moins aplati qui lui permet de se reproduire. Les feuilles et le bulbe sont utilisés en cuisine aussi bien crus (salade) que cuits. Ce bulbe contient un composé volatile dérivé du soufre qui est libéré lorsqu’on le coupe et fait pleurer. L’astuce : passez l’oignon sous l’eau avant de le couper.

Usages traditionnels

En médecine traditionnelle, l’oignon est utilisé contre les allergies et les piqûres d’insectes et pour soigner les plaies. On l’emploie également en cas de rhumatismes, de grippe. L’oignon est encore connu dans les traitements de bonne femme pour faire mûrir abcès, les verrues et les furoncles. A jeun le matin, un verre de jus d’oignon est un reconstituant et un remède contre les troubles intestinaux. Si l’oignon cru est un excellent diurétique, cuit il devient laxatif, et la fameuse soupe à l’oignon a pour effet de permettre aux fêtards de “faire de la place” et de poursuivre leurs festins.

Propriétés médicinales

  • Diminue le taux de cholestérol et triglycérides dans le sang
  • Diminue l’agrégation plaquettaire
  • Diurétique
  • Antioxydant
  • Anti-inflammatoire, antirhumatismal
  • Antibiotique
  • Antiseptique
  • Riche en minéraux, manganèse, vitamine B6 et C

Recette pour une tisane

Épluchez, coupez et décortiquez 2 oignons dans une casserole d’1 l d’eau. Faites bouillir jusqu’à ce que les oignons soient à moitié cuits et laissez reposer 1/2h. Filtrez et versez dans une tasse en rajoutant une cuillère à soupe de vinaigre et une cuillère à soupe de miel. Buvez bien chaud de préférence après les repas à raison de 2 tasses / jour.

Précautions

L’oignon peut être utilisé sans réserve particulière.
Les vertus thérapeutiques exposées ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical personnalisé

SOURCE

Aplamedom Réunion
Ambaville

Ambaville

Ambaville, Zanbaville : Hubertia ambavilla var Bory

Endémique de La Réunion, cette espèce se retrouve sur toute l’Île, dans les forêts de 300 à 2000 m d’altitude. Arbrisseau très ramifié, pouvant atteindre 2 m de hauteur, à feuillage très dense de couleur vert clair.

Usages traditionnels

Usages externes contre les problèmes de peau : Erythèmes fessiers, bourbouille, éruptions cutanées, herpès, inflammations. Usages internes :
  • “rafraîchissante” et dépurative
  • mauvaise circulation veineuse, le diabète, les rhumatismes, la goutte
  • anti-ulcéreux gastrique

Propriétés vérifiées

Anti-ulcéreux gastrique : Testée chez le rat, l’Ambaville présente une activité anti-ulcéreuse gastrique intéressante. les composés actifs ont pu être identifiés. Anti-virale : l’activité anti-virale de l’Ambaville a été démontrée sur le virus Herpes simplex 1 à l’origine des boutons de fièvre, et sur le Poliovirus de type 2.

Précautions

Pas de contre-indication connue à ce jour

SOURCE

Aplamedom Réunion
Géranium

Géranium

Le Géranium Bourbon

Le Géranium Bourbon a été introduit sur l’île de la Réunion dans le courant du 19ème siècle. Cette appellation regroupe une vingtaine de cultivars dont le Géranium Rosat qui produit une huile essentielle de très grande qualité. La production du Géranium Rosat a explosé au début du 20ème siècle avant de décliner au cours des années 60 en raison de mauvaises conditions climatiques et de la concurrence d’autres pays tels que la Chine, l’Egypte et le Maroc. Le Géranium Bourbon est cultivé en altitude, principalement sur les pentes du Maïdo. Les feuilles du géranium sont distillées selon une méthode traditionnelle durant plusieurs heures afin de recueillir l’huile essentielle la plus pure. Le parfum de ce géranium présente une note sucrée et légèrement mentholée, similaire au parfum de la rose.

Propriétés du Géranium Rosat

L’huile essentielle de Géranium Rosat possède des propriétés antibactérienne, anti-inflammatoire, anti-infectieuse et antifongique. Elle est également utilisée pour lutter contre les spasmes et comme répulsif contre les insectes.

En aromathérapie

L’huile essentielle de Géranium Bourbon est indiquée pour :
  • Soigner les aphtes et les angines
  • Lutter contre la grippe et les maux de gorge
  • Calmer le stress et l’anxiété
  • Calmer les douleurs rhumatismales
  • Stimuler les fonctions veineuse et hépatique

En cosmétologie

Diluée dans une huile végétale, l’huile essentielle de géranium est indiquée pour :
  • Favoriser le processus de cicatrisation
  • Lutter contre les vergetures et les dermatoses
  • Apaiser les brûlures, l’eczéma, l’herpès et l’acné
  • Combattre les cheveux gras et les pellicules
L’huile essentielle de géranium intervient également dans les préparations alimentaires dans lesquelles elle ne doit être utilisée qu’en très petites quantités (moins de 0.001 %)

Précautions particulières

  • L’huile essentielle ne doit pas être utilisée par les femmes enceintes lors des trois premiers mois de grossesse.
  • Eviter le contact avec les yeux.
  • Faire un test sur la peau au minimum 48h avant usage.
La Mangue

La Mangue

La mangue : Mangifera indica

Originaire d’Asie du sud-est, la mangue est de nos jours le 2ème fruit tropical le plus consommé au monde (le 1er est la banane). La culture du manguier en Inde remonterait à 4000 ans avant notre ère. Pour de nombreux peuples de cette région, la mangue est considérée comme le “roi des fruits“. Au 18 ème siècle, les Espagnols et les Portugais l’ont introduit en Amérique. Aujourd’hui, il en existe plusieurs centaines de variétés à travers le monde. La mangue se consomme verte ou mûre et se prépare de différentes manières. C’est aussi un ingrédient utilisé en cosmétique. En effet, un beurre de mangue extrait du noyau du fruit est très utilisé dans les confections de savons et de soins capillaires.

Usages traditionnels à La Réunion

L’écorce ou les feuilles sont utilisées à des fins médicinales contre les problèmes respiratoires, la diarrhée ou encore l’hypertension.

Propriétés scientifiques reconnues

La mangue est un fruit riche en antioxydants, source de vitamines C, A, B1, B2, B6, E et de cuivre. L’écorce à des propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes. Les feuilles ont une activité antibactérienne et de régulateur de tension artérielle. Le beurre extrait du noyau a des propriétés hydratantes, régénérantes et revitalisantes pour la peau.

Recette

Faites bouillir une poignée de feuilles fraîches dans un 1 l d’eau. Boire une tasse peut soulager la diarrhée.
Les vertus thérapeutiques exposées ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical personnalisé

SOURCE

Aplamedom Réunion