Boutik Lontan logo
Caloupilé

Caloupilé

Caloupilé : Murraya koenigii

Arbuste atteignant 2 à 3 mètres de hauteur, le caloupilé est originaire d’Asie tropicale où il pousse à l’état sauvage. Il fut probablement introduit dans les Mascareignes par les premiers engagés indiens. Comme le bananier, cette plante se multiplie essentiellement par rejet, c’est à dire que les jeunes plants sont issus des racines du plant mère. A La Réunion, le caloupilé est une plante acclimatée, cela signifie qu’il n’est pas propagé à l’état sauvage et qu’il est maintenu en culture. On en trouve dans de nombreux jardins, ce qui permet de se procurer facilement les feuilles souvent utilisées dans les plats de résistance (dit « carry » ou « cari ») et notamment le cabri massalé. Ce condiment, largement utilisé dans la cuisine indienne, est parfois appelé reine des épices. La feuille prisée par son arôme entre dans la confection de poudre de curry.

Usages traditionnels

En plus d’être un aromate, le caloupilé a aussi des vertus médicinales et est utilisé en tisane contre l’hypertension et parfois contre le diabète.

Propriétés vérifiées

Fortifiant gastrique Anti-vomitif Régulation du taux de sucre Hypotensif Antibactérien Antifongique

Recette

Faites bouillir 1 litre d’eau, coupez le feu, ajoutez quelques feuilles de caloupilé. Laissez infuser. Buvez à la soif.
Les vertus thérapeutiques exposées ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical

SOURCE

Aplamedom Réunion
Maïs

Maïs

Maïs : Zea mays L.

Originaire d’Amérique centrale, le maïs était la plante sacrée des civilisations Mayas, Aztèques et Incas. Les Espagnols en firent la découverte lors de la conquête du nouveau continent et l’importèrent en Europe où il était plutôt destiné à nourrir le bétail. Il finira par s’imposer pour devenir la céréale la plus cultivée au monde. C’est aussi la seule à ne pas être cultivée essentiellement pour la consommation humaine. Pendant longtemps, le maïs fut le seul aliment consistant pour de nombreux Réunionnais. Une fois transformés, les épis peuvent devenir : « maïs de riz« , « soso maïs« , « farine maïs » ou encore « maïs cassé » pour l’alimentation des volailles. Du point de vue médicinal, on utilise la « barbe » ou « cheveux » du maïs. En français, on parle de style de maïs.

Usages traditionnels

« La barbe maïs » est utilisée pour drainer le foie et traiter les problèmes urinaires.

Propriétés vérifiées

Les effets diurétiques du style de maïs ont été démontrés scientifiquement. Le maïs possède aussi un effet antioxydant et est source de phosphore, de magnésium, de fer, de cuivre, de vitamines B1, B2, B3, B5, B9, C.

Recette

Portez à ébullition une poignée de « barbe » dans 1L d’eau. Filtrez. Buvez une tasse de tisane plusieurs fois par jour.
Les vertus thérapeutiques exposées ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical

SOURCE

Aplamedom Réunion
Brède mafane

Brède mafane

Le brède mafane : Acmella oleracea

Probablement originaire d’Amérique du Sud, Acmella olerea est inconnue à l’état sauvage.

La culture du brède mafana s’est répandue dans toutes les zones tropicales. Selon les régions, les feuilles sont utilisées en cuisine comme un légume frais (pour relever le goût des salades) ou après cuisson.

A Madagascar, il entre dans la composition du romazava, plat emblématique traditionnel de l’Île à base de viandes, d’ail, de tomate, de gingembre, de la partie tendre des brèdes et de quelques fleurs.
Ce savant mélange est laissé à mijoter. Les feuilles et plus spécifiquement les fleurs ont une saveur piquante qui ont la particularité d’engourdir légèrement les muqueuses de la bouche, une expérience gustative étonnante !

Usages traditionnels du brède mafana

Les usages médicinaux les plus répandus sont le mal de dents, les maux de bouche et les maux de gorge.
Certaines pratiques traditionnelles d’Afrique et d’Asie l’emploient pour soulager les rhumatismes, pour soigner la dysenterie et les maladies parasitaires du sang tel que le paludisme.

On le retrouve dans la formulation de dentifrices, de gels buccaux et même dans un chewing gum !
Il entre dans la composition de gels et de pommades pour soulager les douleurs musculaires, articulaires, les bleus et les contusions.

Propriétés vérifiées

  • Activités analgésique, antipyrétique, anti-inflammatoire et anesthésique local
  • Activités diurétique et antioxydante
  • Activités antimicrobienne, anti-fongique et antibactérienne
  • Activités insecticide et notamment contre les moustiques
  • Stimulant sexuel hormonal

SOURCE

Aplamedom Réunion

Le combava

Le combava

Citrus hystrix

Le combava est un agrume dont le nom provient d’une île indonésienne dont il est originaire. Il a été introduit à l’Île Maurice par Pierre Poivre à la fin du XVIIe siècle puis envoyé à la Réunion pour y être cultivé. Ce cousin du citron se différencie par ses feuilles rétrécies au centre et des fruits à la texture grumeleuse d’une teinte verte qui devient jaune à maturité, plus acides. Le combava a un arôme très intense, rappelant la citronnelle. On l’utilise surtout pour un usage culinaire : le fruit ou la feuille. Il y relève le goût de nombreux plats, comme les rougails de tomates ou les sauces de piment. Il peut aussi faire du jus et donner une huile essentielle.

Usage traditionnel à La Réunion

Les feuilles sont préparées en infusion ou en décoction contre la fièvre, la grippe, l’hypertension et les maux de ventres.

Propriétés connues

Comme beaucoup de citrus, le Combava possède des propriétés antibactériennes, antioxydantes et anti-inflammatoires. Plusieurs études ont démontré qu’une consommation régulière d’agrumes est associée à une diminution du risque de maladies cardiovasculaires notamment grâce aux flavonoïdes et à la vitamine C qu’ils contiennent.

Recette

Le fruit du Combava peut être consommé en jus ou en zeste pour aromatiser les plats. Les feuilles du Combava peuvent aussi servir à l’aromatisation des plats mais aussi à la confection de tisanes (3 feuilles infusées 10 min dans un litre d’eau).

Précautions

La consommation de Combava comme de citron est à éviter pour les personnes prenant des médicaments à visée anti-acide et anticoagulante.

SOURCE

Aplamedom Réunion
Fleurs jaunes

Fleurs jaunes

Fleur Jaune des Bas, Hypericum lanceolatum Lam. subsp. lanceolatum

Indigène des Mascareignes et des Comores, dans les forêts de 550 à 1800 m.

Fleur Jaune des Hauts, Hypericum lanceolatum Lam. subsp. angustifolium

Endémique de la Réunion, au-dessus de 2000 m.

Composition chimique

Composés phénoliques : flavonoïdes (rutine, quercétol, iso-quercétol) proanthocyanidols, gallotanins Huile essentielle : hydrocarbures et sesquiterpènes

Usages traditionnels à La Réunion

Une tisane rafraîchissante. Affection gastro-intestinale : soulage les brûlures d’estomac données par le Piment. Affection urinaires : contre les inflammations urinaires et les cystites. Circulation sanguine, règles : « nettoie » le sang et facilite la circulation. Régularise les règles, soulage les règles douloureuses. Fièvre : utilisé en tisane contre la fièvre et en bain pour soigner la varicelle et la rougeole.

Propriétés vérifiées

Antiradicalaire : réduit les radicaux libres à l’origine de nombreuses maladies comme : désordres neurologiques, maladies cardiovasculaires, certains cancers. Antioxydante : Protège contre l’action des rayons UV..

Précautions

Traditionnellement déconseillés chez les femmes enceintes.
Les vertus thérapeutiques exposées ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical personnalisé

SOURCE

Aplamedom Réunion
Change écorce

Change écorce

Le change écorce, goyave maron ou gouyave maron : Aphloia theiformis

Le change écorce ou goyave maron est un arbre qui peut atteindre plus de 10 mètres. Il est présent sur une zone étendue de l’Océan Indien à l’Afrique, et se retrouve à La Réunion dans les forêts de Bois de Couleurs. Son écorce ancienne se détache en plaque d’où son nom de « change écorce ». Ses feuilles ressemblent à celles du thé mais sont dentées d’où son nom latin « theiformis » qui veut dire en forme de thé. Il donne de petites baies blanches qui lui ont donné son nom malgache « Voafotsy » signifiant « fruits blancs ». Son bois est solide et était autrefois utilisé pour la fabrication de charpentes et de tonneaux.

Usages traditionnels du change écorce

A La Réunion, ses feuilles et son écorce sont utilisées pour la préparation d’une tisane « rafraîchissante » pour traiter les fièvres, les douleurs, le paludisme, les inflammations et comme dépuratif.

Propriétés reconnues

Le change écorce entre dans la composition de deux médicaments dont le Canol, qui sert à faciliter l’élimination rénale et digestive. Ses propriétés diurétiques ont été démontrées en laboratoire, ainsi que son activité antipaludéenne. Il est également utilisé par une grande marque de la cosmétique pour son effet de protection cellulaire et contre les UV.

Préparation de l’infusion

Pour un effet « rafraîchissant« , faîtes bouillir de l’eau, coupez le feu, plongez 20 gr de feuilles sèches puis couvrez. Laissez infuser une dizaine de minutes. Buvez à raison de 3 à 4 verres par jour.

Recommandations

Attention l’écorce est vomitive, n’utilisez que les feuilles
Les vertus thérapeutiques exposées ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical personnalisé

SOURCE

Aplamedom Réunion