Traçons le décor de La Réunion au temps de la marine à voile

Pour bien comprendre l’histoire d’un pays il est souvent utile de connaître sa géographie.
En ce qui concerne La Réunion, non seulement c’est utile mais c’est indispensable.
En effet la géographie propre de La Réunion, c’est-à-dire son relief, ses côtes et ce qu’on pourrait appeler sa distance au monde, ont joué un rôle essentiel dans le destin de l’Île.
Il faut donc commencer par cela, tracer le décor.

Une île perdue dans l’Océan Indien

Rappelons-nous d’abord la carte de l’Océan Indien : cet océan est fermé au nord par l’Afrique et l’Asie et il restera fermé jusqu’à l’ouverture du canal de Suez au XIXe siècle.
La première conséquence de cette fermeture et que pour entrer dans l’océan Indien, les Européens, qui seront les grands conquérants du monde, devront contourner la pointe de l’Afrique.
Résultat jusqu’à Suez avec la marine à vapeur, il faudra trois fois plus de temps pour aller de la France à la Réunion que pour aller de la France aux Antilles.
Évidemment, ces différences de distance ne pourra qu’engendrer des différences de traitement entre les colonies d’Amérique et celle de l’Océan Indien.
Une autre caractéristique de l’océan Indien et qu’il est une mer assez vide.
Il y a vraiment très peu d’îles dans cette immense espace.
Certaine de ces îles comme les Seychelles, les Comores, les Maldives, sont regroupées en archipel.
En revanche, on ne peut pas parler d’archipel à propos des Mascareignes, en effet, il y a 250 km entre La Réunion et Maurice, 650 km entre Maurice et Rodrigues, ce qui veut dire qu’aucune de ces îles ne voit sa voisine.
Comme en outre ce groupe se trouve à 800 km à l’est de Madagascar et 800 km contre le vent, on comprend immédiatement pourquoi les Mascareignes sont restées si longtemps des îles désertes alors que les Caraïbes ont été peuplées il y a des milliers d’années.
Tout simplement parce que les Caraïbes forment un arc insulaire presque continu au large des deux continents américains alors que les Mascareignes sont trois cailloux semés loin en mer.
L’éloignement va donc considérablement influencer le destin particulier des Mascareignes.

La Réunion, un volcan jeune

Mais la géographie des îles va faire qu’à l’intérieur de ce destin commun chacune va suivre son propre chemin.
La Réunion, en effet, est d’origine volcanique comme Maurice mais elle est un volcan jeune, alors que Maurice a eu le temps de s’user et en quelques millions d’années de pluie tropicale.
Et cela change tout, le volcan jeune La Réunion a conservé un relief impressionnant avec de hauts sommets, des cirques montagneux fermés par des falaises vertigineuses, avec une côte rude et rectiligne.
Alors que l’Île volcan plus âgé Maurice a vu fondre ses montagnes, a vu son territoire se transformer pour l’essentiel en une vaste plaine ondulée, a vu sa côte se creuser de baies, se prolonger de promontoire, s’entourer d’une barrière de corail protectrice.

La Réunion, un territoire sauvage

Ces différences de paysages continuent à influencer les destins des deux îles puisque Maurice possède plus de plages et de territoires agricoles, puisque La Réunion possède plus de montagnes et de sanctuaires naturels.
Mais imaginez le poids de cette différence au temps de la marine à voile.
Une île dotée de ports naturels et d’un territoire facile à mettre en valeur et à côté, une île montagne au territoire sauvage plantée dans la mer.

A votre avis laquelle va s’enrichir ?

Histoire de La Réunion racontée par Daniel Vaxelaire

Article 01
Voir l’article 02 : La découverte de La Réunion
Voir tous les articles : L’histoire de La Réunion

[vc_row][vc_column][call_two href= »https://dev.boutik-lontan.fr/catalogue/ » title_text= »Visitez notre catalogue pour vos idées cadeaux ! » subtitle_text= »Composez votre panier et payez en toute sérénité  » label_button= »Catalogue » animate= »fadeIn »][/vc_column][/vc_row]